sante.pngL’assurance maladie et les représentants des syndicats de médecins libéraux viennent d’achever la phase de négociation sur la convention qui les liera pour les cinq années à venir. Celle-ci prévoit que les médecins libéraux, qui feraient le choix du secteur optionnel ainsi créé, puissent bénéficier d’un financement d’une partie de leurs cotisations sociales par l’assurance maladie, à la condition qu’ils s’engagent à plafonner les dépassements d’honoraires à 50% des tarifs conventionnés et qu’ils réalisent 30% d’actes à tarifs opposables.

Bien qu’apparemment positive - dans un contexte marqué par l’explosion des dépassements d’honoraires qui ont doublé en 20 ans, jusqu’à atteindre 2,5 milliards d’euros selon la sécurité sociale - la création de ce secteur optionnel signifie la mort annoncée du secteur 1, c’est-à-dire de la possibilité offerte à tous nos concitoyens d’accéder à des professionnels de santé aux tarifs de base.