toit droitCe voeu a été adopté à l'unanimité des élu-e-s de gauche et écologistes présents, en regrettant que le groupe PS à l'exception de deux de ses élues, ait quitté la séance et n'ont donc pas participé au débat et au vote de ce voeu.

La situation du mal-logement en France s’aggrave d’année en année sous les effets conjoints de la crise économique, de la spéculation immobilière et du désengagement irresponsable de l’Etat dans le financement du logement social avec pour 2011 la réduction de 30.48 % du montant des aides à la pierre et la ponction inique sur les organismes HLM de 245 millions d’euros par an, remettant ainsi en cause la capacité des bailleurs sociaux de construire et de réhabiliter.