pancartas.FH11Le Président de la République vient d’annoncer la création de 30 000 places supplémentaires de prison d’ici 2017.

Encore une fois, Nicolas Sarkozy a l’emprisonnement comme seule réponse à la délinquance dans la société. Cette politique déjà en œuvre depuis dix ans n’a pourtant eu, à l’évidence, aucun effet notable sur les violences. Les besoins actuels sont connus : développer les peines alternatives à la prison pour les sanctions les plus légères, des dispositifs de soins pour les personnes malades ou atteintes de troubles psychiatriques qui n’ont rien à faire en prison, l’embauche de personnels qualifiés comme le réclament les organisations syndicales.