place-de-precarite_208X225_.jpgSelon l'INSEE, la crise touche de plein fouet les plus modestes. Ils étaient 8,2 millions en 2009 à vivre en-dessous du seuil de pauvreté contre 7,8 millions l'année précédente, soit une augmentation de plus de 5% en un an. Cette paupérisation généralisée ressentie par nous élu-e-s ainsi que par tous les acteurs de terrain est confirmée par les bilans chiffrés. 13,5% des Français luttent chaque jour pour leur survie dans des conditions indignes d'une économie pourtant au 5ème rang mondial.

Cette situation n'est pas une fatalité, elle est la conséquence de choix politiques du gouvernement. Depuis 2002, la droite au gouvernement depuis 2002 a multiplié les cadeaux aux plus riches et s'est acharné sur les plus fragiles en se faisant une spécialité de la chasse aux pauvres accusés de tous les maux.