IMAGE_261.jpgAlors que le droit au logement est inscrit dans la loi, des milliers de personnes sont mis en situation d'insécurité, dans ce qui s'apparente désormais à de véritables bidonvilles ou dans des immeubles, qui n'offrent pas les garanties élémentaires de sécurité.

La fin de la trêve hivernale et l'arrêt des dispositifs "Grand froid" vont augmenter le nombre de ces personnes. Les maires sont eux confrontés à une injonction paradoxale : à la fois un devoir de solidarité envers ces populations, auxquelles ils cherchent à apporter aide et assistance et l'obligation qui leur est faite d'assurer la sécurité de ces personnes, en engageant des procédures pour faire évacuer des bâtiments ou campements, qui mettent la vie d'autrui en danger.

Voici l’appel que maires et parlementaires -dont Jean-François Voguet est signataire- lancent au Premier Ministre demandant l'organisation d'Etats généraux de l'hébergement d'urgence :