egalite.jpgPARIS, 5 juillet 2011 (AFP) - Les députés PCF ont présenté mardi des mesures contre le sexisme et pour l’égalité entre les hommes et les femmes au travail, proposant notamment de sanctionner l’employeur ne s’engageant pas à supprimer les écarts de salaires ou de redéfinir le harcèlement sexuel au travail. “Les discriminations perdurent, voire s’aggravent”, a expliqué la députée Marie-George Buffet aux cotés de Pierre Gosnat au cours d’une conférence de presse à l’Assemblée. Mme Buffet a rappelé le chiffre de 27% d’écart entre les salaires des hommes et des femmes. Les députés PCF veulent, au travers d’une proposition de loi, imposer aux employeurs une obligation de résultat en matière d’égalité salariale, “sanctionner le recours massif au temps partiel” et “accroître les sanctions pénales en cas de discrimination à l’embauche fondée sur le sexe”. Ils souhaitent aussi instaurer “un congé parental paritaire”, redéfinir la notion de harcèlement sexuel au travail en adoptant une définition issue du droit communautaire. Il a été précisé que le groupe s’était appuyé sur les associations et les syndicats pour élaborer ces mesures.

Vous trouverez ci-dessous la proposition de loi et ici l’exposé des motifs