Sénateur et président du Conseil général du Val-de-Marne, Christian Favier a participé aux états généraux de la démocratie territoriale. Dans une interview à l’Humanité du 8 octobre, il en tire un bilan en demi-teinte.

L’Humanité : Comment avez-vous abordé ces états généraux de la démocratie territoriale ?

Christian Favier : Ces états généraux étaient très attendus par les élus. Nous avons pu y faire entendre nos exigences : maintien des trois échelons de collectivités, besoin d’une réforme fiscale, d’un allégement des normes et, pour ce qui concerne plus particulièrement les élus communistes, l’exigence d’un nouveau mode de scrutin à la proportionnelle.