Il voulait développer une nouvelle conception du monde et de ses règles qui, à l'opposé de la mondialisation économique, s'appuierait sur ce qu'il nommait la « mondialité » où « le commerce et l’échange dont la loi ne serait plus le profit éternel possible, mais le donner-recevoir ».