Bienvenue sur le blog de
élus communistes de Fontenay

Grèce : Qui sauve qui ?

Par Clémentine Autain.

DetteBoulet.bmpUn nouveau « plan de sauvetage » pour la Grèce ont titré en cœur les grands médias la semaine dernière. Un collectif d’intellectuels et d’artistes européens ne l’entend pas de cette oreille. Autour des revues française et grecque, «Lignes» et «Alètheia», des figures telles qu’Alain Badiou, Etienne Balibar, Barbara Cassin, Claire Denis, Jean-Luc Nancy, Jacques Rancière, Judith Revel ou encore Enzo Traverso ont dit ensemble qu’il fallait plutôt sauver le peuple grec de ses sauveurs. Cette tribune parue dans Libération le 21 février dernier pose ce constat : « le but ne saurait être le «sauvetage» de la Grèce : sur ce point, tous les économistes dignes de ce nom sont d’accord. Il s’agit de gagner du temps pour sauver les créanciers tout en menant le pays à une faillite différée. Il s’agit surtout de faire de la Grèce le laboratoire d’un changement social qui, dans un deuxième temps, se généralisera à toute l’Europe. Le modèle expérimenté sur les Grecs est celui d’une société sans services publics, où les écoles, les hôpitaux et les dispensaires tombent en ruine, où la santé devient le privilège des riches, où les populations vulnérables sont vouées à une élimination programmée, tandis que ceux qui travaillent encore sont condamnés aux formes extrêmes de la paupérisation et de la précarisation ». Le texte montre ensuite que c’est l’austérité qui produit les déficits, alors que c’est au nom de la dette à réduire que les plans de rigueur sont mis en œuvre.

Lire la suite...

 

Pour une commission d’enquête "chargée d’examiner la dette publique"

audit_dette.jpgDans le droit fil des actions du Collectif pour un audit citoyen de la dette publique et alors que la "menace" de la perte de la note financière AAA de la France se précise, Les députés communistes, ont déposé une demande de commission d’enquête « chargée d’examiner la dette publique et les choix à faire pour l’alléger et pour libérer la France de la pression des marchés financiers ». Ils estiment que l’analyse des origines de la dette aidera à cerner les contours de la partie illégitime de la dette et à poser la question de son annulation partielle, comme solution à fondement économique et éthique.

Écoles, hôpitaux, hébergement d'urgence… Retraites, chômage, bas salaires, culture, environnement... nous subissons au quotidien l'austérité budgétaire. Et le pire est à venir. La charge de la dette représente désormais le premier poste budgétaire de la Nation. Pour 2012, près de 50 milliards d’euros seront versés aux rentiers.

Maintenant « il faut rembourser la dette »,

Lire la suite...

 

Signez l’appel pour un audit citoyen de la dette publique !

dette.pngÉcoles, hôpitaux, hébergement d’urgence, retraites, chômage, culture, environnement… nous vivons tous au quotidien l’austérité budgétaire et le pire est à venir. « Nous vivons au-dessus de nos moyens », telle est la rengaine que l’on nous ressasse dans les grands médias. « On n’a pas le choix, il faut rassurer les marchés financiers ». Maintenant « il faut rembourser la dette », nous répète-t-on matin et soir. « On n’a pas le choix, il faut rassurer les marchés financiers, sauver la bonne réputation, le triple A de la France ».

Nous refusons ces discours culpabilisateurs. Nous ne voulons pas assister en spectateurs à la remise en cause de tout ce qui rendait encore vivables nos sociétés, en France et en Europe. Avons-nous trop dépensé pour l’école et la santé, ou bien les cadeaux fiscaux et sociaux depuis 20 ans ont-ils asséché les budgets ? Cette dette a-t-elle été toute entière contractée dans l'intérêt général, ou bien peut-elle être considérée en partie comme illégitime ? Pour signer cliquer ici

Lire la suite...