IVG_LIBrt.jpgDepuis 1975, le droit à l’interruption volontaire de grossesse est reconnu par la loi. Mais, pour que ce droit soit effectif, il faut que les femmes, quels que soient leurs moyens, puissent avoir accès à des structures adaptées où elles seront accueillies, informées et accompagnées dans les meilleures conditions possibles.

La restructuration des structures hospitalières menée dans le cadre de la Réforme Général des Politiques Publiques (RGPP), qui amène une détérioration progressive mais bien réelle du service public de la santé, touche particulièrement les services pratiquant l’IVG. Au sein de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP/HP), le nombre d’IVG a diminué de 12% au cours des 5 dernières années, non parce que les besoins ont baissé mais parce que les capacités des structures existantes diminuent. Certains centres IVG ont été fermés, ou contraint de fusionner avec des services n’ayant aucun rapport avec leur activité et ont vu généralement leur activité diminuer.