Alain SAOUDICe qui saute aux yeux dans le financement de la réhabilitation du 3-5-7, rue Jean Macé, c’est l’absence de participation de l’Etat. Or, notre objectif d’élus, dans cette réhabilitation, doit être de faire en sorte que l’impact sur les loyers soit réduit au maximum pour les locataires.

L’intervention des locataires et de leur amicale ainsi que le travail effectué avec la Régie du Chauffage Urbain ont permis déjà d’aller dans ce sens.

Durant 40 ans, les locataires ont payé charges et loyers à une société publique ICADE qui n’a pas rempli ses obligations de bailleur.