Surgissement populaire inédit en pleine campagne présidentielle, la marche pour la Sixième République a rempli deux fois la place de la Bastille au point que le discours de Jean-Luc Mélenchon a dû y être rediffusé pour tous ceux qui n’avaient pas pu y accéder. Tout dans l’événement était hors norme. La détermination des cortèges, la patience obstinée des manifestants bloqués dans le boulevard, la multitude de panneaux faits à la main et de slogans mettant l’imagination au pouvoir. Nous n’étions pas dans un meeting électoral immense et en plein air. Il s’agissait d’autre chose, de la reprise en main de la chose politique par les citoyens.