17oct61.gifLe 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre feu discriminatoire qui leur avait été imposé par Maurice Papon, préfet de police de Paris. Ils défendaient leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ce jour-là, et les jours qui suivirent, des milliers de ces manifestants furent arrêtés, emprisonnés, torturés – notamment par la "force de police auxiliaire" - ou, pour nombre d’entre eux, refoulés en Algérie. Des centaines perdirent la vie, victimes d’une violence et d’une brutalité extrême des forces de police. Face à la politique de l’oubli que tentèrent d’imposer les différents pouvoirs de droite, des voix, tentèrent dès le départ de faire en sorte que la vérité soit faite au sujet de cette abomination, parmi lesquelles les communistes et leurs élu-e-s.

Il est temps que la France reconnaisse les faits contribuant ainsi à satisfaire l’exigence de vérité et de souvenir pour toutes les victimes, deux revendications exprimées de plus en plus fortement au cours de ces dernières décennies.

MERCREDI 17 OCTOBRE A 18H au Pont Saint Michel - Rassemblement à l'occasion du 51ème anniversaire du 17 octobre 1962