Il critique le contenu des publications municipales format papier ou numérique en parlant de propagande. C’est si j’ose dire le jeu. C’est logique. Cela a du sens. Que l’opposition s’oppose c’est son rôle, c’est légitime, elle représente une partie des Fontenaysiens, c’est la démocratie. Qu’elle désapprouve la politique municipale que les Fontenaysiens ont choisi, c’est possible, c’est normal, c’est sain.

Ce qui l’est beaucoup moins, c’est le reste de cette tribune libre, je cite : « Déjà, Fontenay a toujours eu un retard considérable en matière d’utilisation des médias modernes entre a mise en place d’internet, les problématique avec les opérateurs numériques, la boucle optique et les couacs de la retransmission Internet du conseil municipal… »

Quand on lit « Fontenay-sous-sous-Bois est en retard », on ne peut, que réagir à une telle calomnie, point par point.

- Concernant la mise en place d’internet. Il y avait dans notre ville des Espaces Publics Numériques dès 1998, avant même que vous ne sachiez ce que c’est qu’un mail monsieur Esclattier. Les Espaces Publics Numériques accueillent aujourd’hui des centaines d’utilisateurs chaque mois pour une utilisation libre des ordinateurs mais aussi pour des formations, de la recherche d’emploi, de l’aide aux devoirs… Par ailleurs, la mise en place des points d’accès WIFI publics et gratuits permettent à plus de 1 100 personnes chaque mois d’accéder de façon nomade à internet dans plusieurs bâtiments municipaux.

- Pour les relations avec les opérateurs ? Plus de 80 % des Fontenaysiens sont câblés. Dans ce domaine, c’est la loi en zone très dense, les opérateurs privés ont la main. Ils se font parfois tirer l’oreille pour réparer les bornes car leurs priorités sont d’abord de faire des bénéfices plus que l’esthétique du paysage urbain. Mais désormais avec le déploiement de la fibre optique par l’opérateur historique, les 3 zones non câblées situées dans les quartiers du Bois, du Plateau, et des Parapluies sont fibrées. Il en va de même pour les zones où l’ADSL ne permet pas un débit suffisant. Plus de 13000 foyers peuvent d’ores et déjà se connecter à la fibre optique dans la partie Ouest de la ville. Entre la fibre et le câble plus de 95 % des Fontenaysiens peuvent accéder à internet en haut débit. Une communication spécifique sera bientôt faite en direction des habitants.

- Pour ce qui est de la boucle locale : il s’est agit de relier en Très Haut Débit l’ensemble des bâtiments communaux. La mise en route de cette boucle locale permet de faire des économies très importantes en terme de coûts télécom… Les services municipaux ont désormais accès au THD et ainsi se modernisent. Cette boucle permet de renforcer par exemple la dématérialisation des procédures et des actes.

Aujourd’hui les écoles de notre ville sont reliées à la boucle locale jusques dans les classes. Dans les groupes scolaires Jean Zay, Jules Ferry, Edouard Vaillant, Elisa Lessourd et Jules Michelet c’est déjà le cas. En 2013 toutes les classes de toutes les écoles de notre ville seront connectées en THD. C’est de bon augure à un moment où le ministre de l’Education Nationale Vincent Peillon parlait la semaine dernière à la Sorbonne de la nécessité d’avoir une « stratégie pour le numérique à l’Ecole ». Quelle chance, à Fontenay les classes sont déjà reliées en Haut débit. Dans les prochaines semaines en outre, un appel à projet numérique sera lancé en vue de mettre en avant des expériences pédagogiques qui ont lieu sur le terrain.

- Des problèmes de diffusion du conseil municipal ? Il y a eu quelques incidents mineurs en 4 ans de diffusion soit 35 séances du conseil depuis janvier 2009. Il est certain qu’à Nogent, le Perreux, Saint-Mandé ou Vincennes pour ne parler que des villes voisines dirigées par vos amis politiques et auxquelles vous faites souvent référence, il n’y a aucun incident lors de la diffusion en direct des séances du Conseil municipal. Sans doute parce que dans aucune de ces villes les images du conseil municipal ne sont pas diffusées en direct. Ni en différé d’ailleurs. Alors un peu de pudeur s’il-vous-plaît M. Esclattier ! Vos attaques stériles dans ce domaine ne vous mèneront pas à grand chose tant elles sont injustifiées et sans fondement pour ne pas dire grossières.

Par ailleurs vous avez sans doute vu fonctionner le tout nouveau site internet de la ville. C’est devenu le premier service public local avec plus un millier de visiteurs différents par jour ! Et puis je pourrais parler du Colloque national Internet solidaire qui a fait salle comble à la maison du citoyen le 11 octobre sous le haut patronage de Fleur Pellerin, ministre de l’innovation numérique. On pourrait aussi parler du projet Internet pour tous aux Larris dans le cadre duquel une enquête inédite pour le pays sur a été réalisée sur les pratiques numériques dans ce quartier. La moitié des 3000 foyers du quartier ont ouvert leurs portes. L’Agence Nouvelle des Solidarités Actives (ANSA) a fait une synthèse très instructive de cette enquête minutieuse qui sera mise en ligne sous peu. C’est un projet important qui met le numérique au cœur de l’insertion et du renforcement du lien social.

Pour tout dire, notre ville avance. En 2012 ce n’est pas moins de 23 projets et innovations numériques mis en place par les services municipaux. C’est colossal, pour le service public et pour les habitants. Fontenay est devenu une ville moderne et dynamique

Alors MM. Esclattier, Réminiac et Mme Riou, pour réinventer Fontenay, il faudrait d’abord cesser de regarder votre nombril et lever un peu les yeux sur ce qui se fait. Et puis apprendre à lire aussi. A ce propos je me permet de vous remettre le supplément de A Fontenay de, petit guide pratique du numérique en ville. Notre ville qui dans le domaine d’Internet est devenue pilote et cela grâce à notre volonté politique et aux efforts des agents du service public. Ce dynamisme est connu et reconnu, récompensé de la plus haute distinction, le label Villes Internet 5@.