Monsieur le Maire, cher-e-s collègues,

Manifestation unitaire, dimanche, de Nation à Place d’Italie

Je me permets, au nom du groupe communiste et citoyen, de dire quelques mots, avant que nous en venions à l’ordre du jour de notre séance, car une décision grave va être prise, dans quelques jours. Une décision grave dont trop de gens, encore, ignorent la portée.

Mardi prochain, les député-e-s vont devoir se prononcer sur ce traité au nom barbare : « Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union européenne », mieux connu sous le nom de « traité Sarkozy-Merkel ».

C’est un sujet qui peut paraître éloigné des affaires qui nous concernent. Il est en fait au cœur de nos préoccupations.

u cœur de nos préoccupations d’élu-e-s locaux, d’élu-e-s progressistes qui, chaque année, éprouvons de plus en plus de difficultés pour boucler notre budget et ne voyons pourtant rien de superflu dans les services que nous rendons à la population.

Ce traité est aussi au cœur de nos préoccupations de citoyen-ne-s : alors que les plans de licenciement succèdent aux fermetures d’usines, alors que le chômage bat des records, où allons-nous trouver les 30 milliards d’économie que le Gouvernement nous annonce pour revenir à l’équilibre ?!

Pourquoi s’entêter dans la voie de l’austérité alors que de plus en plus de voix s’élèvent, y compris parmi les plus libéraux, pour dire que ce n’est pas la solution ? Combien faudra-t-il de Grèce, d’Espagne pour revenir à la raison ?!

Avec ce Traité, l’ineptie économique n’a d’égal que le déni de démocratie !

En tant qu’élu-e-s locaux, nous perdrons le droit de voter notre budget librement et de mettre en œuvre notre clause de compétence générale au plus près des besoins de nos concitoyen-ne-s et des engagements que nous avons pris auprès d’eux.

En tant que citoyen-ne-s, comme tou-te-s les Français-es, nous abandonnerons une partie de notre souveraineté pour la confier à un groupe d’experts élus par personne : la Commission européenne. Savez-vous qui représente la France à la Commission européenne ? Michel Barnier, membre éminent de l’UMP !

Contre le traité, pour le référendum !

Alors, oui, j’espère que celles et ceux qui nous écoutent ce soir l’entendent : la décision qui va être prise la semaine prochaine est très grave. Mais il est encore temps de se mobiliser pour l’empêcher !

Nous nous félicitons que le front du « non » au traité s’élargisse, à gauche, ces derniers jours. Nous appelons toutes celles et tous ceux qui ont fait savoir qu’ils refusaient ce traité à nous rejoindre dans la grande manifestation unitaire qui aura lieu, dimanche, de Nation à Place d’Italie.

Pour notre part, avec le Front de gauche, nous y serons bien sûr présents et nous ferons entendre notre voix : pour refuser le traité mais aussi pour lancer un appel à tou-te-s les démocrates : il faut exiger un référendum ! Une décision si lourde de conséquences ne peut être prise sans demander son avis au peuple !

C’est d’ailleurs ce qui avait été fait, en 1992, avec le traité de Maastricht. Ou encore en 2005, à propos du Traité constitutionnel européen, même si la victoire du « non » nous a laissé un goût amer puisque, quelques mois plus tard, Nicolas Sarkozy s’était cru autorisé à passer outre le vote du peuple français.

Mais, depuis, les temps ont changé, non ?

Dimanche, je manifeste !

Alors, à toutes celles et ceux, à gauche, qui refusent l’austérité et qui veulent construire une autre Europe, au service des peuples, nous disons : rendez-vous dimanche ! Tout montre que cette manifestation va être un rendez-vous important, large, rassembleur et fondateur d’un front uni contre l’austérité dont la gauche aura absolument besoin si elle veut tenir le pari du changement.