Il concluait à ce propos : "au contraire, en cette période de crise, les services et les collectivités publics doivent être totalement tournés vers la croissance utile et par conséquent vers l’emploi".

Il dénonce le rapport Auzannet sur le Grand Paris qui préconise de recule de plusieurs années la réalisation de ce métro et même d’abandonner, pour longtemps, certaines sections.

Saluant la réalisation en 2013 du tramway dans son département, C. Favier précise que "de construire l’avenir, c’est d’abord et avant tout construire ce métro qui relier la banlieue à la banlieue.

Cette réalisation est vitale poru des citoyens qui n’en peuvent plus des galères quotidiennes, pour concrétiser le dynamisme économique et développer l’emploi".

Il rappelle que les élus du départements ont été unanimes à porter ce projet Orbival (partie val de marnaise du GPE). C. Favier réfute l’argument du coût (30 milliards d’euros pour tout le Grand Paris Express) pour justifier les reculs alors que le développement de la métropole parisienne est en jeu.

Appelant le gouvernement à prendre "ses responsabilités", il prévient : "Nous ne laisserons pas partir en fumée des années de mobilisation. S’il faut manifester pour ce faire entendre, nous manifesterons".