Posée de manière récurrente, dans le 2nd comme dans 1er degré, cette question est de plus en plus précoce et de plus en plus dommageable, compte tenu des effectifs toujours croissants dans les classes (jusqu’à plus de 30 élèves par classe).

Ce manquement aux obligations de l’Éducation nationale est inadmissible ! D’autant qu’il se cumule avec des problèmes de suppressions de postes d’enseignants spécialisés pour les Réseaux d’Aide Spécialisés pour les Elèves en Difficulté (RASED) ou encore avec l’absence d’Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS) facilitant la scolarisation d’élèves en situation de handicap. Les conditions d’études ont continué de se dégrader lors cette rentrée. Cela compromet l’avenir de nombreux jeunes. Cette année encore, la FCPE 94 a alerté de la situation. La réouverture en octobre de 90 postes, sur liste complémentaire, par le ministre à l’échelle nationale, ne fait pas le compte. Un enseignant remplaçant en moyenne par Département en plus, ça ne suffira manifestement pas à combler les carences importantes accumulées depuis plusieurs années.

Il faut un effort beaucoup plus conséquent, inscrit dans la durée.

Pour cela, la FCPE 94 réaffirme son exigence :

- du remplacement dès la première heure d’absence par des enseignants formés - de renforcement des « brigades d’enseignants remplaçants ».

La FCPE 94 demande que cette question, parmi d’autres, soit inscrite dans le cadre de Loi d’orientation et de programmation en préparation.

Villejuif le 24 octobre 2012