La loi sur le Grand Paris, telle qu’elle a été votée en juin 2010, ne permet pas d’y répondre. Elle laisse en effet de côté des questions aussi essentielles que la solidarité financière entre collectivités et entre territoires, la construction de logements accessibles répartis de façon équilibrée dans la zone dense de la métropole, la démocratie…

Cette loi sur le Grand Paris renvoie aux contrats de développement territorial, donc à des négociations territoire par territoire, le soin de régler une question aussi fondamentale que la construction de logements !

Quand l’Etat a proposé à Fontenay d’être dans un contrat de développement territorial, il y avait donc de quoi être sceptiques…

Cependant, nous croyons au rapport de forces. Notre mobilisation – à l’échelle de la ville mais aussi du Département, avec le projet Orbival – a déjà permis d’obtenir satisfaction sur l’arrivée d’une gare à Val de Fontenay alors que nous étions absents du projet initial !

L’accord-cadre, qui nous est présenté ce soir, conforte cet acquis puisqu’il fait de la réalisation de l’Arc Est, qui comprend la gare de Val de Fontenay, une condition préalable à la mise en œuvre du contrat de développement territorial.

Cet accord-cadre comprend également d’autres garanties pour Fontenay, qui sont citées dans la note : -la restructuration et le renforcement du pôle multimodal de Val-de-Fontenay, le prolongement de la ligne 1 du métro ainsi que du tramway T1 (p. 17) ; -la construction de logements dans le respect des orientations que nous avons prises dans notre PLH (p. 14) ; -l’arrivée d’équipements que nous attendons depuis longtemps, comme une grande salle de spectacle d’envergure métropolitaine (p. 18) ; -l’inscription du projet de requalification de La Redoute dans les secteurs fléchés pour un nouveau programme national de rénovation urbaine (p. 26) ; -des dispositifs pour que l’emploi créé sur notre territoire bénéficie aussi aux habitants de notre ville (développement des clauses d’insertion et de l’école de la 2ème chance) (p. 13).

Toutes ces garanties nous semblent importantes et c’est pourquoi nous approuverons, en tant qu’élus communistes et citoyens, cet accord-cadre. Nous ne sommes pas pour autant aveugles sur ce qui manque, notamment concernant les financements, qu’il s’agisse des projets de transports ou de logements. Ces questions ne pourront être traitées que par la loi. Au Front de gauche, nous avons de nombreuses propositions à faire à ce sujet et nous les ferons entendre !